Revenons un instant sur le P’tit Working Déj’

C’est autour d’un bon café, de croissants et de jus d’orange que la matinée a débuté tout en douceur.

Après le rappel du programme et des objectifs de la matinée, les limonadiers ont fait  une présentation de Limonade & Co au travers de deux cas clients :

  • le 350ème anniversaire de Saint Gobain
  • Les archives judiciaires en RDC

table_ronde_vue_hauteur

Puis ce fut au tour de nos participants de se présenter à l’assemblée et c’est tout naturellement que nous en sommes venus à évoquer le sujet du café découverte :

Comment être archiviste et réussir à entreprendre ? 

Pour répondre à cette question, les participants ont dans un premier temps identifié les avantages et les inconvénients à être un archiviste pour entreprendre, puis les moyens et les solutions afin de mieux réussir son projet.

a) Avantages

L’archiviste est identifié comme étant un historien, un bon communicant, il sait restituer les informations et a la capacité de les hiérarchiser. Il sait faire preuve de curiosité, de diplomatie. C’est quelqu’un de rigoureux et d’organisé qui sait appréhender l’innovation et faire face aux mutations de son environnement.

Il sait s’adapter aux différents publics rencontrés. Il arrive facilement à collaborer avec d’autres métiers. C’est un expert dans son domaine.

Ce sont autant d’atouts dont il faut se servir et les mettre au service de la réussite de son projet professionnel.

b) Inconvénients

Comme tout entrepreneur qui décide de se lancer à son propre compte, l’archiviste se confronte au difficile choix de son statut. Des compétences comptables, des notions d’entreprenariat, des outils méthodologiques, des connaissances en gestion de projet et une certaine culture commerciale/communication/marketing lui font souvent défaut, car les formations d’archivistes ne prévoient pas ces aspects dans leurs programmes. D’ailleurs, les formateurs ont souvent une vision assez négative du privé et de l’entreprenariat.

L’archiviste pâtit bien souvent d’une image vieillissante et négative de son métier. L’adaptabilité et la souplesse sont des défis de tous les jours.

Dans le paysage archivistique, il existe peu de retours d’expérience sur l’aventure entrepreneuriale.

c) Moyens et solutions

  • Faire le tour des sites internet dédiés aux problématiques que l’on rencontre ( voir les inconvénients cités ci-dessus)
  • Solliciter la CCI, le Fongecif, l’APCE, l’Apec afin d’être soutenu, guidé dans ce projet
  • S’appuyer sur les Boutiques de gestion (BGE) qui ont pour vocation de promouvoir et de soutenir la création et le développement des initiatives individuelles, d’accompagner les créateurs tout au long de leur projet
  • Il existe des aides à l’entrepreneuriat spécialement dédiées aux femmes
  • Penser aussi au dispositif de l’Accre
  • Participer à des salons, à des journées d’études
  • Penser a se créer une image (site internet, cartes de visite…)
  • S’appuyer sur différents réseaux, qu’ils soient personnels / professionnels / sociaux pour communiquer
  • Portage d’affaires : une bonne solution pour tester son activité sans se soucier de la gestion
  • Trouver des partenaires, des collaborations
  • Et pourquoi pas faire appel à Sébastien Camu et son service de conseils aux entrepreneurs : Avisi ?

Table_ronde_échanges

Et justement en parlant de coopération?

Pour conclure cette matinée, nous avons évoqué différentes pistes de partenariats possibles entre les participants et Limonade & Co.

  • En fonction de votre statut

Limonade & Co comme porteur d’affaires et inversement.

Possibilité d’élaborer ensemble une offre commerciale et de lui donner une visibilité via le site de Limonade & Co.

  • Projet de création d’une CAE au sein de Limonade & Co

Les coopératives d’activités et d’emploi (CAE) constituent un concept original permettant à un porteur de projet de tester son activité en toute sécurité. L’originalité de la CAE est de lui offrir un statut « d’entrepreneur salarié » qui lui permet de percevoir un salaire et de bénéficier de la couverture sociale d’un salarié classique à partir de ses propres revenus.

Pour en savoir plus > APCE : http://www.apce.com/pid648/cooperatives-activites.html

Le contrat CAPE : le contrat d’appui au projet d’entreprise est un contrat par lequel une société ou une association fournit à un porteur de projet un programme de préparation à la création ou reprise d’entreprise et à la gestion d’une activité économique.

Pendant l’exécution de ce contrat, le porteur de projet peut débuter son activité économique et procéder aux formalités de création de son entreprise si son activité le requiert.

Ce dispositif convient aux porteurs de projets qui souhaitent tester leur activité indépendante en toute légalité avant de se lancer. Durée maximale du contrat : 2 ans.

Pour en savoir plus APCE : https://www.apce.com/pid10401/cape.html

  • Venir organiser vos événements à la Villa 

Idée de troc de compétences, coopération sur des projets, etc.

  • Si vous avez d’autres idées de collaborations, n’hésitez pas à nous en faire part.

En savoir plus sur les entreprises coopératives > https://www.youtube.com/watch?v=7ux1ct0waLY/a>